Parents, créez l'harmonie familiale avec votre enfant

Comment créer l’harmonie ou recréer l’harmonie avec son enfant, quand les choses vont mal et que la discorde ou la mésentente se sont installées ?

Vous êtes désemparé ou complètement désemparé face à votre enfant de plus de 7 ans, 10 ans, 15 ans, ou 20 ans ou 25 ans, vous ne communiquez plus et les incompréhensions sont nombreuses, vous êtes malheureux.

Pour résoudre ces difficultés, vous avez l’introspection, par la lecture, la thérapie, le coaching, etc

Et… vous avez le dialogue avec lui… Un certain type de dialogue qui vous permettrait à la fois de vous rapprocher, de renouer, et de créer ou recréer l’harmonie entre vous…

Et si la solution existait ?

Voici les critères d’une bonne solution : elle est simple et accessible à tous.

Elle ne vous demande pas une préparation de plus de deux heures maximum.

Elle vous met tout de suite en autonomie.

Elle passe par un dialogue retrouvé instantanément avec votre enfant.

Elle vous permet à la fois de renouer, et de mettre en route un processus d’harmonie avec votre enfant.

Elle est abordable financièrement pour tout le monde.

Elle existe !!!

Voici la solution que je vous propose :

J’ai appelé cette méthode « Magie du partage » parce qu’après une dizaine d’exercices d’introspection, je vous propose d’engager un exercice d’échange et de partage avec votre enfant, vous permettant tous les deux de prendre votre place dans l’échange, en étant attentif chacun l’un à l’autre.

Cet exercice permet de vous rapprocher tout en vous sentant différents, ce qui est le propre de tout échange positif. Ce qui est aussi une des caractéristiques de l’empathie, et un élément constitutif de l’amour : se sentir proche et différent(e).

La proximité et la différence que je vous propose de ressentir dans l’échange sont le terreau de ce processus libérateur.  J'ai 95% de réussite avec cette méthode après deux ou trois séances dans mon cabinet.

A l’Issue de la formation, vous saurez :

-distinguer la particularité de votre enfant en la démêlant de vos projections et de vos attentes.

- voir votre allergie relationnelle qui peut s’être transposée en piège relationnel chez votre enfant.

- distinguer les évitements de situations déjà expérimentées quand vous étiez vous même enfants, et qui ont pu brouiller la communication avec votre enfant.

Vous aurez une idée du rôle de parents que vous vous êtes imposés.

Vous saurez réaliser un exercice simple de rapprochement avec votre enfant, qui respecte la personnalité de chacun.

-Vous aurez des outils simples, et faciles à mettre en œuvre pour instaurer une nouvelle communication et une nouvelle relation avec votre enfant.

Alors, à votre réussite !!! Pour commander la méthode, c'est ici: ici

Et n'hésitez pas, une fois la formation réalisée, à me faire :

-des commentaires,

-des partages de réussite et d'harmonie, de bonheur familial, sur ce mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. depuis votre messagerie.

 

Voici un extrait des exercices de la méthode: 

Cinquième exercice :

 A la « nouvelle » de la grossesse, comment vous êtes-vous sentit ?

Par exemple était ce  prévue, ou bien était-ce une surprise ? Ou bien votre ressentit vous faisait sentir que c’était trop tôt pour vous ? etc.

         Quel a été votre ressentit : par ex : plaisir, peur, angoisse ?

Pendant la grossesse, comment cela s’est passé physiquement si vous êtes la maman, et comment cela s’est passé psychologiquement pour vous deux, la maman et le papa ? Ce qu’entend le bébé pendant la grossesse, c’est la voix de ses parents, non pas la signification de ce que vous dites, mais la mélodie,  aussi il n’est jamais trop tard pour prendre conscience de votre intonation de voix et du débit de vos paroles : c’est ce que l’on appelle le paraverbal : lorsque vous parlez, il y a ce que vous dites et la manière dont vous le dites, la voix, l’intonation, et le débit.

Les spécialistes de la communication disent que le paraverbal représente 70% de ce que les gens retiennent d’un échange orale entre deux personnes.

Je poursuis :

Une fois que le bébé est né(e) ,  le plus important à mes yeux, c’est le dialogue, ici les babillements et votre attention à ses babillements,  qui s’instaurent avec votre enfant.

De la qualité de ce dialogue (authentique, empathique, ouvert, tolérant, ou autre), et de la quête de compréhension sincère du parent de son enfant dépendent la qualité de vie psychique  de l’enfant.

J’encourage le parent à lire et relire le « Conte chaud des chauds doux doux » de Claude Steiner.

 Ensuite, quelle était l’atmosphère à la maison ?       

Quelles ont été les réactions de l’environnement ?

Comment s’est passé l’accouchement ?

Comment se sont passés les 3 à 4 premières années ? Quand votre enfant pleure, ce n’est pas pour vous embêter, surtout les premiers pleurs du bébé, il a besoin de vous.

Maintenant, au fur et à mesure de sa croissance, il va passer par différents stades, le mimétisme, la contradiction, etc , qui sont très bien résumés dans des livres de pédiatrie.

Qu’est-ce que vous avez gardé de tout ça ?

Comment cela a influé sur la relation que vous avez avec votre enfant le cas échéant ? En effet, à l’annonce de la grossesse, en fonction de notre réceptivité, de notre disponibilité à ce moment-là, on a adopté une certaine posture vis à vis de notre enfant, ce qui a pu nous influencer ensuite et nous imprimer un certain regard sur notre enfant. En parallèle, nous sommes accrochés « différemment » par le regard de chacun de nos  enfants, et ceci en fonction de sa personnalité propre, même quand celui-ci est tout petit, et au fur et à mesure de la construction de sa personnalité.

Ainsi on peut sentir comme un décalage, se sentir surpris, et ce sentiment peut s’être installé, jusqu’à aujourd’hui… Je me rappelle un femme de 85 ans, venue me consulter, qui avait toujours été en décalage avec l’une de ses filles, elle avait été surprise par sa grossesse dans sa jeunesse, alors qu’elle n’était pas marié… et s’était mariée en suivant pour ne pas être fille mère…

Surprise par sa grossesse, 60 ans plus tard elle était toujours surprise par les réflexions de sa fille devenue psychiatre … En évoquant cette surprise pendant la grossesse, elle s’est soudainement rendue compte qu’elle avait toujours eu ce sentiment de surprise en toile de fond dans les rapports avec sa fille… Et a pu pacifier 60 ans d’incompréhension avec sa fille…

Si vous désirez un accompagnement personnalisé, contactez moi, des groupes de parents sont possibles aussi pour profiter du miroir qui se joue dans le groupe, contactez moi, avec plaisir.